13.11.2015

Cette date, gravée à jamais dans notre histoire, dans nos vies.

Ce week-end, j’avais prévu de vous poster une recette de pizza. La pizza. Un symbole de convivialité, de partage, de bonnes bouffes entre potes. Les mêmes valeurs qui ont été mises à mal vendredi soir.

A l’heure où la première fusillade est déclenchée, nous étions en train de dîner D. et moi dans un petit asiat’ près de chez nous, non loin de Bastille, mais de l’autre côté. Comme beaucoup, nous passions un bon moment, loin de se douter de ce qui se préparait à quelques kilomètres, à quelques mètres de là…

J’ai pas les mots.
J’ai peur. Je suis en colère. Je suis triste.

Malgré tout, on a décidé de sortir samedi. Parce que merde, on ne va pas s’arrêter de vivre. On avait besoin de prendre l’air, de s’éloigner des infos, de sortir ce cauchemar de nos têtes le temps d’une balade alors on est sorti. Point barre.

Il faut être fort, dire qu’on n’a pas peur mais c’est faux. Depuis ce week-end, j’entends des sirènes de pompier tous les jours et c’est bien normal puisqu’on habite à côté d’une caserne sauf qu’avant je n’y faisais pas cas. Maintenant, j’ai à chaque fois l’impression que ça recommence, qu’il se passe un truc pas loin, qu’il faut s’attendre au pire, se préparer, se protéger…

Je sais bien que « la peur n’évite pas le danger » mais c’est dur. Dur de revivre comme avant. Il faudra du temps. Comme à chaque fois. Comme pour Charlie.

Heureusement, il y a les petites actions qui remettent du baume au cœur, qui redonne de la force, du courage, l’envie de se battre, l’envie de s’unir :
– la vidéo de John Oliver qui m’a fait sourire et reprendre du poil de la bête
– les marques de solidarité et d’affection de tant de pays qui m’ont tant émue
– les mouvements de solidarité qui redonne la force de lutter #jesuisenterrasse

La vie reprend son cours petit à petit et il le faut bien. Je vais faire de même avec le blog et je vais terminer mon article de pizza pour le poster ce week-end parce que merde, continuons de préparer des bonnes bouffes pour nos amis, notre famille, nos amours.

J’ai une immense pensée pour toutes les personnes qui n’ont pas été aussi chanceuses que nous. Pour tous ces gens qui, ce vendredi 13 novembre, ont perdu un proche. Pour toux ceux qui étaient là, témoins de ces horreurs, peut-être même blessés.

Prenez grand soin de vous. Ne tremblez pas. Profitez de la vie.
Nathalie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *